communiqué de Morglaz

ci dessous pour info un communiqué de l’association Mor Glaz :
« les pêcheurs artisans sont cloués à quai, des chalutiers géants, de plus de 100 mètres, continuent de prendre la Mer et en profitent pour capturer tous les poissons »

communiqué Mor Glaz du  28/03/2020

L’Association MOR GLAZ constate que près de 85% de la flotte artisanale de pêche en France se trouve à quai pour des raisons évidentes de COVID-19. Ces armements  et leurs personnels Sédentaires et Navigants vont souffrir, peut-être même sombrer pour les plus faibles. D’autres se gavent, pillent les fonds Marins dans le Golfe de Gascogne et ailleurs aucun respect pour la Mer nourricière et les Océans, peu ou pas de lutte organisée contre ces Armateurs qui font la loi dans le secteur où l’omerta est la règle !

Trop souvent, les Armateurs de chalutiers industriels qui peuvent traiter jusqu’à 400 tonnes de poisson par jour sont également les Présidents des Commissions qui décident des quotas et autres dérogations ! Une injustice qui aggrave les inégalités entre chalutiers industriels et pêcheurs artisans, mais trop peu souvent dénoncée ou à mots couverts par ceux qui sont sensés défendre la profession ! Des chalutiers industriels qui peuvent traiter jusqu’à 400 tonnes de poisson par jour, contre 200kgs en moyenne pour un navire artisanal.

L’Association MOR GLAZ constate ces prises dévastatrices  dans le Golfe de Gascogne : Le business continue dans ce milieu qui ne trouve plus de Marins, l’Association MOR GLAZ  constate que le changement des us et coutumes dans ce milieu n’est pas à l’ordre du jour ! Alors que les pêcheurs artisans sont cloués à quai, des chalutiers géants, de plus de 100 mètres, continuent de prendre la Mer et en profitent pour capturer tous les poissons.

Ce temps du confinement, une aubaine pour les sans scrupules : les Océans  continuent d’être pillés en toute impunité ! Comme d’autres l’Association MOR GLAZ  s’insurge contre ce pillage scandaleux, nuisible. L’Association MOR GLAZ demande que tous ces pilleurs soient photographiés et sévèrement punis, que les Etats des pavillons (Français et Néerlandais), sanctionnent ces pilleurs de ressources, dévastateurs de la Mer nourricière ! Encore plus préoccupant, lorsque l’on sait qui se cache derrière le nom des 5 chalutiers actifs : des Directeurs  d’armements Néerlandais et Français, dont certains font également partie des Comités de direction des Instances Nationales et Européennes de Pêche ! Une collusion d’intérêts très ambigüe !

Parmi eux : l’Armement France Pélagique, dont le Directeur Général Antoine DHELLEMMES et Vice-Président du Comité National des Pêches Maritimes et des Elevages Marins. Hervé JEANTET autre dirigeant de l’armement France pélagique, qui est le Président du Conseil Spécialisé « Pêche et Aquaculture » de France AgriMER (très subventionné il suffit de regarder leur site Internet)  et Vice- Président de la principale Organisation de Producteurs Française, les Pêcheurs de Bretagne. Ces ambiguïtés leurs offre des passes droits, des positions de lobbyistes auprès des parlements, Commissions et autres instances décisionnaires !

Une fois l’ancre relevée, retrouvons-nous rapidement sur les quais afin de lutter contre toutes les dérives à l’encontre de la Mer nourricière –«  La mer nourricière, Mor Glaz, puissante et fragile, est la beauté et l’avenir de notre planète bleue ! Les valeurs dont elle est porteuse (solidarité, humilité, opiniâtreté), renforcent l’ardente nécessité d’en vivre en la respectant…. Pour Mor Glaz ! Francis VALLAT

Prix Orange et Citron 2019

Prix Citron

En 2008, FB, Maire entame l’urbanisation de la butte de Port L’Epine. Il commence par créer un parking et réalise des travaux d’allées de boules.Le Sous-Préfet ordonne de remettre en état cet espace qui était naturel, à l’entrée de la butte de Port L’Epine. Dans le Bulletin n°31 (ci-dessous), FB dit « on ne nous y prendra plus »

En 2016, le Maire donne son autorisation au gérant du camping « Les 7 îles » de construire un bâtiment de 100m2, (piscine couverte) dans une zone classée NDc, c’est-à-dire dans la bande des 100m, malgré l’avis défavorable de la DDTM. Le PC de la piscine est annulé au TA de Rennes en 2019. Le Maire a fait appel au CA de Nantes qui a confirmé le jugement du TA.

Citronner Mr Bouriot d’avoir autorisé, voire incité le camping « Les 7 îles » à construire une piscine dans la bande des 100m, c’est engendrer sa démolition afin d’éviter toute nouvelle construction : salle de fête, discothèque, toboggans, et pourquoi pas immeuble à plusieurs étages pour de l’hébergement. Mais tout le monde n’aime pas forcément le citron.

Screenshot_2020-02-28 Ouest-France - Le journal

Prix Orange

En recourant à une procédure méconnue du Code rural, le maire de Moëlan a permis de mettre en culture des parcelles agricoles privées laissées à l’abandon. En deux ans, une trentaine d’emplois ont été créés et l’autonomie alimentaire de la commune s’est renforcée.

Objectif : stimuler l’économie locale via l’agriculture biologique, tout en luttant contre la forte spéculation foncière et l’artificialisation des sols.

Résultat : des paysans s’installent en agriculture bio sur ces friches agricoles, trop heureux de passer outre la pression foncière qui constitue un frein majeur au développement de l’agroécologie. « À la clé, une trentaine d’emplois créés d’ici deux ans sur plus de 120 hectares », s’enthousiasme le maire, Marcel Le Pennec. De quoi approvisionner en aliments sains la restauration collective (cantines scolaires, Ehpad, hôpitaux, etc.) de la commune et les agglomérations de Quimperlé et Lorient. La production devrait aussi permettre de créer le premier marché bio de Moëlan. L’élu veut « reconstruire la mosaïque paysagère d’autrefois » et favoriser le retour de la biodiversité dans sa commune. La démarche est « reproductible partout », ajoute Lysiane Jarno, animatrice-coordinatrice de Terre de liens en Bretagne. Pour elle, il est urgent de remettre en culture ce foncier agricole en friche. Car ces terres «empêchent l’autonomie alimentaire fondée sur l’agriculture bio, locale et respectueuse des territoires ».

Les algues vertes bien présentes en Bretagne

Les marées vertes ont débuté cette année à la mi-mai et se poursuivent actuellement sur les plages de la baie de Douarnenez, Ty-Anquer, Kervigen, Sainte-Anne, Trezmalaouen, Ris… L’accès à la plage de la Trezmalaouen a été interdit temporairement entre le 7 et le 17 juin par la mairie de Kerlaz,…

Lire la suite

Quelle cohérence dans les politiques publiques ?

Le projet de loi ELAN vient d’être adopté par le Parlement après son vote par le Sénat. L’article 12 autorise les constructions et installations dans les « dents creuses », espaces non construits entre plusieurs espaces construits des hameaux dans les communes soumises à la loi Littoral. Il permet également…

Lire la suite

La Loi Littoral en très grand danger

Le projet de loi ELAN sera examiné en deuxième lecture à l’Assemblée le 3 octobre après la transmission d’un rapport par la commission mixte paritaire Assemblée-Sénat. L’adoption de son article 12 aurait pour conséquence de modifier profondément l’esprit de la loi Littoral.  Il autorise les constructions et installations dans…

Lire la suite

La Loi Littoral en grand danger

Comme d’habitude, c’est par un cavalier législatif que les opposants à la Loi Littoral veulent frapper. Cette fois-ci, il s’agit de l’amendement (n° CE2235) au projet de loi ELAN, destiné à accélérer les procédures d’urbanisme. Il sera examiné à l’Assemblée le 30 mai après avoir été voté en commission des…

Lire la suite